Restez informé

Publié 29 janvier, 2019 communiqué de presse


Stabilisation de la compétitivité de la Belgique en 2017

Après une amélioration entre 2012 et 2016, la compétitivité globale de l’économie belge s’est stabilisée en 2017. Selon le Tableau de bord de la compétitivité de l’économie belge, publié par le SPF Economie, la situation apparaît contrastée, avec des défis pour les coûts salariaux et les prix de l’énergie d’une part et des infrastructures numériques excellentes et un haut degré d’innovation d’autre part.

La Belgique a connu en 2017 une croissance de son PIB de 1,7 %, soit une consolidation de la situation par rapport à 2016 où la croissance était de 1,5 %. Toutefois, les bonnes prestations des pays voisins et leur croissance de plus de 2 % ont fait de l’ombre à la croissance économique renforcée en Belgique.

En matière d’échanges commerciaux, les exportations belges totales ont augmenté en 2017 (+6 %) même si la part belge dans les exportations mondiales a légèrement diminué. L’embellie s’est également fait sentir dans la balance des opérations courantes qui a affiché un solde positif (+3,19 milliards d’euros) pour la première fois depuis 2011.

Salaires et énergie handicapent la compétitivité

Sans surprise, les coûts salariaux et ceux de l’énergie influencent fortement la compétitivité.

A cet égard, après la baisse connue en 2015 notamment sous l’effet du tax shift, les coûts salariaux par unité produite sont repartis à la hausse en 2017 (+1,7 %) pour la deuxième année consécutive. Cette augmentation est due à une plus forte hausse des coûts salariaux (+1,9 %) par rapport à la progression de la productivité (+0,3 %).

Par ailleurs, l'électricité est devenue moins chère en 2017 pour les grands consommateurs industriels belges. Cependant, les prix de l’électricité ont plus fortement diminué dans les pays voisins au cours de cette même année. Notre pays n’a par conséquent pas pu rattraper son retard par rapport à ses principaux partenaires commerciaux.

301920 271 18 18 infographic fr 7c773e large 1548674433

Cerveaux et réseaux : les points forts

Outre les coûts, d’autres éléments influencent également la compétitivité. Ainsi, l’innovation peut fortement améliorer la position concurrentielle d’un pays. La Belgique se distingue en la matière grâce à son excellent système de recherche. En comparaison avec les pays voisins, les dépenses en R&D (2,5 % du PIB) tout comme la proportion des effectifs en R&D (1,6 %) y sont élevées. Par ailleurs, une infrastructure numérique optimisée facilite tant l’innovation que le commerce international. A cet égard, la Belgique semble disposer d’une infrastructure de télécommunication exceptionnelle.

Sur le plan du capital humain, la Belgique compte une grande proportion d’étudiants diplômés de l’enseignement supérieur (45,9 %). Néanmoins, le taux d’emploi dans notre pays reste le plus faible (68,5 %) parmi les 4 pays analysés (Belgique, France, Pays-Bas et Allemagne), malgré une amélioration récente. La faible proportion de personnes suivant une formation continue (8,5 %) est probablement une des causes expliquant les nombreuses offres d’emploi restant vacantes et le taux élevé de chômage.

La Belgique dispose donc de nombreux atouts mais doit faire face à des coûts salariaux et de l’électricité élevés par rapport à ses voisins. En conséquence, l’indicateur composite de la compétitivité n’a pas connu de progression en 2017 par rapport à l’année précédente.

Dans le contexte d’une montée en puissance des pays émergents, d’une course effrénée avec les autres économies avancées, le tout ancré dans une économie mondialisée, notre pays doit donc continuer d’agir sur les leviers structurels de sa compétitivité afin de préserver et d’améliorer ses parts de marché intérieur et ses performances à l'exportation.

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles