Restez informé

Publié 09 janvier, 2020 communiqué de presse


Salon de l’Auto… ayez les bons réflexes !

Vous souhaitez peut-être profiter du Salon de l'Auto pour vous offrir un nouveau véhicule. Suivez nos conseils pour un achat réfléchi.

341718 004 20 banner newsroom 4ac060 large 1578556946

Chaque année, 550.000 voitures particulières neuves sont immatriculées dans notre pays. Pour beaucoup d’automobilistes, le Salon de l’Auto constitue la période phare pour acheter un véhicule. Offres commerciales, crédits planchers, carrosseries rutilantes, moteurs vrombissants… durant cette grande messe de l’automobile, rien n’est en effet épargné pour faire succomber le candidat acheteur.

1.   Cernez vos besoins

Cabriolet sportif… ou monovolume familial ? Posez-vous les bonnes questions et définissez votre profil de conducteur pour poser un choix éclairé.

Dans le même ordre d’idée, examinez quel est le carburant le plus adapté à votre situation. Un conducteur roulant chaque année 50.000 km sur autoroute n’aura naturellement pas les mêmes besoins que celui circulant en milieu urbain pour des courts trajets.

2.   Comparez les offres et négociez

En fonction de votre profil et de vos goûts personnels, déterminez quels véhicules remplissent vos critères. Comparez les avantages et les inconvénients des uns et des autres. Demandez des offres et n’hésitez pas à faire jouer la concurrence pour obtenir les meilleures conditions possibles.

Examinez les différents aspects annexes des véhicules sélectionnés : taxe de roulage et de mise en circulation, prime d’assurance, émissions de CO2, valeur de revente…

3.   Prenez du recul

Ne succombez pas à la première tentation venue. Prenez le temps de la réflexion et rendez-vous dans des concessions automobiles la tête froide : vous y trouverez des offres similaires à celles pratiquées au Salon et le professionnel y disposera de plus de temps pour vous conseiller utilement. Vous pourrez également y obtenir une offre de reprise pour votre ancien véhicule.

4.   Déterminez le mode de financement

Les deux modes de financement les plus courants pour l’achat d’un nouveau véhicule sont le crédit à la consommation et le leasing privé (private lease).

La publicité pour le crédit à la consommation est réglementée. Certaines dispositions imposent de nombreuses obligations pour les annonceurs. Toute publicité qui indique un taux d’intérêt ou des chiffres liés au coût du crédit pour le consommateur doit ainsi mentionner de façon claire, concise et  apparente certaines informations de base :

  • le taux débiteur, fixe et/ou variable ainsi que des informations relatives à tous les frais compris dans le coût total du crédit ;
  • le montant du crédit ;
  • le TAEG (taux annuel effectif global) ;
  • la durée du contrat de crédit ;
  • s’il s’agit d’un crédit sous forme de délai de paiement, le prix au comptant et le montant de l’acompte.

Veillez donc à disposer de ces différents éléments.

Prêtez une attention particulière au crédit-ballon, régulièrement proposé dans le secteur automobile, car il offre l’avantage de présenter de faibles mensualités durant la durée du contrat. En revanche, cette formule entraîne le paiement d’une dernière mensualité beaucoup plus importante. Sachez que cette dernière mensualité « augmentée » doit être indiquée au moins dans la même taille de caractère que la mensualité habituelle.

Afin de veiller au respect de ces dispositions légales, l’Inspection économique du SPF Economie mène des contrôles systématiques à l’occasion du Salon.

Deuxième option : le leasing privé, qui connaît un essor depuis 2017. Il n’est ici pas question d’un achat, mais d’une location, dans la mesure où le véhicule doit être restitué à l’échéance du contrat. Par ailleurs, cette formule ne constitue pas une forme de crédit à la consommation et n’est donc pas soumise aux mêmes obligations. Dans ce cas-là aussi, le consommateur doit toutefois être informé préalablement et ne peut pas faire l’objet de pratiques trompeuses, déloyales ou agressives.

Dans le cas d’un leasing privé, veillez particulièrement aux aspects suivants :

  • Vérifiez si un kilométrage annuel maximal est prévu dans le contrat. Si c’est le cas et que vous le dépassez, vous risquez de payer un supplément au kilomètre.
  • Ayez à l’esprit que la voiture devra être en bon état lors de sa restitution, sans quoi des réparations pourraient vous être imputées.
  • Méfiez-vous des mensualités trop modestes. Cela pourrait cacher une limitation du kilométrage annuel, l’impossibilité que d’autres conducteurs puisse utiliser le véhicule, certains frais non inclus, une première mensualité plus importante, une franchise élevée en cas d’accident, etc.
  • Assurez-vous que les indemnités de résiliation du contrat ne sont pas trop élevées.

Bonne nouvelle, l’Inspection économique a constaté que l’information du consommateur était très bien respectée en matière de leasing privé, d’affichage des prix et des mentions d’émissions de CO2 et de consommation de carburant.

5.   Vous changez d’avis ?

En ce qui concerne le crédit à la consommation, vous disposez d’un droit inconditionnel de rétractation de 14 jours. Attention, cela ne porte que sur le contrat de crédit et non sur l’achat du véhicule, lequel ne sera pas annulé.

A cet égard, soyez conscient qu’une vente lors du Salon de l’Auto n’est pas considérée comme « hors établissement » et que vous ne disposez donc pas d’un droit de rétractation si vous signez une promesse d’achat au Salon. Vérifiez cependant si les conditions générales de vente ne prévoient rien à ce sujet.

Bonne route !

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles