Restez informé

Publié 05 août, 2020 communiqué de presse


Forte baisse des prix de l’énergie au deuxième trimestre en Belgique

Inflation totale en Belgique égale à zéro

Les prix à la consommation des produits énergétiques ont fortement chuté en Belgique au deuxième trimestre 2020 (-16,3 % sur base annuelle). Cette baisse explique en grande partie que l’inflation totale ait également diminué, pour s’établir à 0,0 % pour cette même période. Les produits alimentaires ont, en revanche, connu une inflation de 3,2 %. Pour le quatrième trimestre consécutif, l’inflation totale en Belgique est plus basse qu’en moyenne dans les principaux pays voisins. C’est ce qui ressort du deuxième rapport trimestriel 2020 de l’Observatoire des prix.

360619 212 20 img 2 icn inr 7e5810 large 1596461161

En Belgique, les prix à la consommation des produits énergétiques ont chuté en moyenne de 16,3 % sur base annuelle au deuxième trimestre 2020 (contre -6,0 % au premier trimestre). Ce sont les prix des carburants, des combustibles liquides, du gaz et de l’électricité qui ont connu une très forte baisse sur un an au second trimestre. Notons que la baisse des prix sur un an s’est atténuée en juin (-13,1 %) suite, entre autres, aux  premières mesures de déconfinement amorcées en Europe depuis mai.

 

Dans les pays voisins, la baisse des prix de l’énergie à un an d’écart a atteint 8,1 % en moyenne alors qu’en Belgique les prix ont chuté de 16,3 %.

Cette baisse des prix sur an plus prononcée dans notre pays s’explique  principalement par une baisse des prix sur un an en Belgique pour l’électricité et par une inflation négative plus prononcée pour les combustibles liquides et le gaz par rapport au taux d’inflation moyen des principaux pays voisins. Les prix de l’électricité ont évolué de manière différente, à la hausse pour les pays voisins (+2,7 % en moyenne), et à la baisse  en Belgique (-7,7 % en Belgique).

Peter Van Herreweghe, directeur de l’Observatoire des prix

L’Observatoire des prix s’est penché sur l’évolution divergente de la facture belge d’électricité par rapport à celle des pays voisins et sur l’écart de coût de cette facture.

 

Il s’avère qu’au premier trimestre 2020, la facture totale d’électricité a ainsi été plus élevée en Belgique (912,6 euros par an) qu’aux Pays-Bas (571,9 euros) et qu’en France (657,5 euros). Ce sont surtout les taxes et les tarifs de réseau qui sont à l’origine de cet écart. Les consommateurs belges paient par contre moins pour leur électricité que les consommateurs allemands (1.134,9 euros), en raison du niveau élevé des taxes et redevances en Allemagne.

Prix de l’alimentation en hausse

En comparaison avec le deuxième trimestre 2019, les prix à la consommation des produits alimentaires ont progressé de 3,2 % en glissement annuel en Belgique, ce qui correspond à une augmentation de l’inflation par rapport au trimestre précédent (2,1 %).

 

Les prix des produits alimentaires non transformés ont connu une inflation positive importante (6,1 %), l’inflation la plus prononcée depuis le deuxième trimestre 2013.

Les prix des produits alimentaires transformés ont également à nouveau augmenté (2,4 %, entre autre à cause des boissons alcoolisées et la catégorie du sucre et de la confiture).

 

Pour les aliments non transformés, l’inflation a été tirée principalement par l’évolution des prix de la viande (en particulier de porc avec 5,6 % d’inflation), des légumes (5,2 %), des fruits (11,6 %) et des poissons (3,7 %). Ces hausses peuvent être expliquées par des conditions climatiques et par des évolutions dans les flux d’exportation. Des problèmes logistiques liés à la crise sanitaire ont également joué un rôle.

 

Si l’inflation des prix des produits alimentaires a augmenté significativement en Belgique au cours de ce deuxième trimestre, elle est toutefois restée moins élevée que dans les pays voisins (4,1 % en moyenne), et cela tant pour les aliments transformés que pour les aliments non transformés.

Comme en Belgique, l’inflation des produits alimentaires non transformés a été la plus forte dans les 3 pays concernés (9,1 % en moyenne), avec une augmentation des prix particulièrement prononcée en France (10,9 %).

Inflation totale égale à zéro et inférieure à celle de nos voisins

Malgré la hausse des prix des produits alimentaires, l’inflation totale en Belgique, mesurée sur la base de l’indice des prix à la consommation harmonisé, a diminué pour s’établir à 0,0 % (1,0 % au premier trimestre 2020), essentiellement en raison de la forte baisse des prix de l’énergie au deuxième trimestre, comme indiqué plus haut.

 

L’inflation totale moyenne de nos principaux voisins (Allemagne, France et Pays-Bas) a, également, diminué au deuxième trimestre 2020 passant de 1,5 % à 0,6 %.

En conclusion, pour le quatrième trimestre consécutif, l’inflation totale en Belgique est plus basse qu’en moyenne dans les principaux pays voisins. Comme indiqué précédemment, cet écart résulte principalement d’une inflation inférieure en Belgique  du groupe des produits énergétiques, mais également de celui des produits alimentaires (3,2 % contre  4,1 % chez nos voisins).

Peter Van Herreweghe, directeur de l’Observatoire des prix
360648 212 20 infographie 600x1152 fr 1fbdc7 original 1596528031

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles