Restez informé

Publié 23 septembre, 2020 communiqué de presse


Le label énergétique fait peau neuve

L’étiquetage qui indique le niveau de consommation énergétique des appareils électriques et ménagers sera revu et simplifié à partir du 1er mars 2021. L’objectif de ce changement est d’être en phase avec les progrès en matière de performance énergétique et de stimuler la fabrication d’appareils toujours plus économes.

365297 242 20 img newsroom 1000x653 bis 5768e2 large 1600857317

A+++, A+, B, C … cette classification est bien connue des consommateurs pour identifier en un coup d’œil le niveau de consommation énergétique des appareils électriques, des plus économes (vert foncé/A+++) aux plus gourmands en énergie (rouge/D voire même G pour les règlements les plus anciens).

Au fil des ans, l’efficacité énergétique des produits n’a cessé de s’améliorer avec l’évolution technologique. Les appareils présents dans le commerce sont ainsi de plus en plus souvent dotés des classes énergétiques situées au-dessus du A (de A+ à A+++). Les consommateurs ont de ce fait de plus en plus de mal à s’y retrouver et se fient parfois à la seule lettre A, croyant acheter un produit parmi les plus efficaces du marché.

C’est la raison pour laquelle l’étiquette énergétique sera revue et simplifiée à partir du 1er mars 2021. Elle reprendra sept classes de performance, de A à G. Finis donc les A+, A++ et A+++.

Quatre catégories d’appareils seront concernées dans un premier temps par cette nouvelle classification :

  • les lave-linge et lave-linge séchants ménagers (pas les sèche-linge !) ;
  • les téléviseurs et écrans d’ordinateurs ;
  • les appareils de réfrigération (réfrigérateurs, congélateurs et caves à vin) ;
  • les lave-vaisselle ménagers.

Les lampes électriques s’y ajouteront à partir du 1er septembre 2021. Les autres catégories d’appareil suivront ultérieurement.

Quatre mois de transition

Si les nouvelles étiquettes ne seront utilisées dans les commerces qu’à partir du 1er mars 2021, certains fabricants placeront toutefois déjà les deux étiquettes énergétiques (l’ancienne et la nouvelle) dans l’emballage de leur produit dès cet automne.

Il conviendra pour le consommateur de toujours bien repérer à quelle étiquette il a affaire quand il achète un produit, d’autant plus que toutes les catégories d’appareil n’adopteront pas la nouvelle étiquette énergétique en même temps.

Le moyen le plus simple est de regarder s’il existe un code QR sur l’étiquette : si c’est le cas, il s’agit d’une nouvelle étiquette ! Ce code permettra à brève échéance d’obtenir plus d’informations concernant le produit, ses caractéristiques, ses performances ou encore l’étiquette énergétique en général.

365295 242 20 infographic f 53091e large 1600857265

Comparaison n’est pas raison

En tout état de cause, il ne faudra jamais comparer une étiquette avec des classes A+, A++ et A+++ (ancienne étiquette) avec une étiquette sans mention de ces classes. Un B de demain ne représentera plus du tout la même chose qu’un B d’aujourd’hui. Ainsi, à titre d’exemple, un réfrigérateur de classe A+++ actuellement pourrait se voir doté d’un B ou d’un C après le 1er mars 2021. La raison en est simplement que la méthode de test et les critères de classification seront également revus et affinés.

Prenons à cet égard l'exemple d'un lave-linge : la consommation indiquée sur l'étiquette énergétique actuelle est basée sur des tests réalisés dans des conditions idéales d'utilisation, avec un tambour rempli complètement. Les méthodes de test évoluent donc pour prendre également en compte d'autres circonstances, moins idéales. Tout le monde n'attend pas toujours d'avoir une machine à laver pleine, certaines personnes font aussi tourner une machine à moitié remplie de temps en temps. Cela sera désormais mieux pris en compte avec la nouvelle étiquette énergétique.

Dans un premier temps, plus aucun appareil ne sera d’ailleurs répertorié dans la nouvelle classe A. Celle-ci est destinée aux appareils qui présenteront dans le futur des performances énergétiques supérieures à ceux actuellement commercialisés. De cette manière, l’évolution technologique sera stimulée sans qu’il soit nécessaire d’encore modifier la classification à court terme.

 

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles