Restez informé

Publié 19 novembre, 2020 communiqué de presse


Appareils auditifs : le prix maximum n’a que faiblement bénéficié au patient

Depuis 2014, un prix maximum de distribution est fixé pour chaque modèle d’appareil auditif vendu sur le marché belge. Cette nouvelle réglementation n’a que faiblement bénéficié aux utilisateurs, selon le 3e rapport trimestriel 2020 de l’Observatoire des prix.  

370252 278 20 img banner newsroom icn inr eab371 large 1605524458

Le secteur des appareils auditifs est en plein essor, dopé par le vieillissement de la population. Les principales entreprises du secteur ont ainsi connu ces dernières années une croissance de plus de 6 % par an de leur chiffre d'affaires. On recensait par ailleurs 50 % d’audiciens de plus en 2018 qu’en 2012.

50cf87fe 08ab 42a2 9b37 0f4bd1a16f9f

Deux chaines de magasins dominent la vente d’appareils auditifs en Belgique : Lapperre (SONOVA) et Amplifon, d’’autant que leur principal concurrent AUDIONOVA a été absorbé en 2018 par le leader du marché Lapperre (SONOVA). Cela a renforcé un peu plus la concentration du secteur.

Un prix maximum avec un faible impact sur le prix à la consommation

En 2014, le Gouvernement a décidé de réguler les prix des appareils auditifs, de manière similaire à ce qui était déjà fait pour les implants. Cet encadrement des prix porte uniquement sur la distribution en gros (d’un fournisseur à un détaillant). Le prix à la consommation comprend en effet aussi les honoraires de l’audicien (non sujets à cette réglementation). Or plus de 50 % du prix final serait créé lors de cette phase d’intervention de l’audicien.

Dès lors, les prix à la consommation sont faiblement affectés par cette réglementation. S’ils ont légèrement diminué entre 2014 et 2016 (-1 % par an), cette diminution s’observe également dans les pays voisins. En revanche, depuis 2017, les prix ont repris une tendance légèrement à la hausse (+0,8 % par an).

7ee12357 f78b 4fcb 9230 b1d0d3d89c6d

Une rentabilité plus élevée que celle de secteurs comparables

Cette réglementation a par ailleurs diminué la rentabilité du principal distributeur en gros d’appareils auditifs. En revanche, les chaînes de magasins ont légèrement renforcé leur rentabilité entre 2012 et 2018.

En comparaison avec les autres secteurs comme les opticiens, les bandagistes ou les pharmaciens, les détaillants d’appareils auditifs présentent des marges opérationnelles  (mesure de la rentabilité portant sur la différence entre les recettes d’exploitation et les charges d’exploitation, exprimée en % du chiffre d’affaires) plus importantes.

18e7d501 9b6f 40f2 a647 c5c0e6901b05

Contact

 

 

 

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles