Restez informé


Contrefaçon : un phénomène récurrent

En 2020, l’Inspection économique a réalisé 459 contrôles sur la vente de produits contrefaits. Il s'agissait de 377 contrôles physiques, lors desquels des marchandises ont effectivement été saisies, et de 82 sites internet de contrefaçon qui ont été fermés. L’Inspection économique a saisi 83.729 produits pour une valeur totale estimée à plus de 8.000.000 euros.

388956 034 21 fake toys 2q5a4801 4ccb60 large 1619425965

La contrefaçon n’est pas seulement illégale, les produits contrefaits sont surtout de mauvaise qualité et sont même dangereux dans certains cas. Pensez aux produits toxiques dans les faux parfums, au court-circuit dû à un smartphone contrefait ou, plus grave, au jouet qui ne répond pas aux normes de sécurité et dont vos enfants pourraient être les victimes.

La contrefaçon peut aussi vous frapper au portefeuille. Vous dépensez de l’argent pour des produits de mauvaise qualité sans aucune garantie et vous risquez même de ne jamais les recevoir s'ils ne sont pas envoyés ou s’ils sont interceptés à la Douane.

En outre, les contrefaçons nuisent également à l’économie belge et européenne. Elles entrainent une concurrence illégale pour les magasins et les commerçants qui gagnent honnêtement leur vie en vendant des produits de qualité. On estime que la contrefaçon coûte chaque année 60 milliards d’euros à l'économie européenne.

Hqdefault

Une lutte permanente

En 2020, l’Inspection économique a mené 377 contrôles physiques. Elle a saisi des marchandises dans 179 cas. Au total, 83.729 produits ont été enlevés du marché, soit en moyenne 468 produits contrefaits par saisie. C’est une baisse par rapport à 2019 (278 saisies pour un total de 182.554 produits) car en raison de la crise du coronavirus, moins de contrôles ont pu être menés. Par ailleurs, compte tenu de la fermeture de certains secteurs comme les marchés et les magasins non essentiels, les contrôles n'ont pas pu y être effectués.

Hqdefault

Au moins 44 % des produits saisis étaient des jouets. Les vêtements et les accessoires représentaient 16 % des saisies. Les produits de soin et les chaussures complètent le top 4 avec chacun 15 %.

Attention aux ventes dans les showrooms privés !

Environ un tiers du nombre total des contrôles effectués a eu lieu dans une pièce d’habitation où les marchandises étaient vendues en dehors du commerce régulier. La vente via des prétendus showrooms cachés au grand public connait également une forte hausse. Souvent, il s'agit de particuliers qui vendent de la contrefaçon via les médias sociaux. Ils aménagent alors un local commercial dans une habitation privée. Seule une clientèle spécifique approchée via les médias sociaux y a accès. Les vendeurs en question fournissent des efforts considérables pour que l’ambiance dans le showroom rappelle celle d'un magasin luxueux. Ils aménagent l’espace par exemple avec un piano, des fauteuils, des vitrines et un éclairage adapté. Les prix de leurs biens contrefaits sont aussi légèrement supérieurs à ceux de leurs collègues, ce qui laisse croire au consommateur qu'il achète des produits de marque.

Cinq conseils pour ne pas acheter des contrefaçons

  • Écoutez d'abord votre bon sens et méfiez-vous des offres trop belles ou des prix très avantageux pour des produits qui sont en principe très onéreux. Il s'agit souvent de contrefaçon !
  • Si vous souhaitez acheter en ligne, vérifiez toujours que vous pouvez identifier le vendeur. Dispose-t-il d'une adresse physique et existe-t-elle réellement ? Des solutions de paiement sécurisées sont-elles offertes ? Des mentions légales sont-elles disponibles ? Si oui, jetez-y un coup d’œil. 
  • Via un moteur de recherche, vérifiez la réputation du site et cherchez des avis d’autres internautes. Demandez-vous également si le site est digne d’une marque connue et si le type de produit que vous souhaitez acheter est réellement vendu sur ce type de site.
  • Soyez particulièrement vigilant sur les réseaux sociaux, comme Facebook, où les offres sont souvent trop belles pour être vraies. Privilégiez donc les canaux de distribution connus et les sites officiels.
  • Si vous souhaitez en revanche acheter dans un magasin, contrôlez la qualité du produit et de l’emballage. Examinez par exemple la présence de défauts au niveau des coutures et des logos, ou encore des fautes d’orthographe sur les étiquettes ou les boîtes. Vérifiez si le produit correspond à l’assortiment du magasin où vous l’achetez. Dénicher une paire de baskets dans un établissement vendant des denrées alimentaires devrait vous mettre la puce à l’oreille.
Hqdefault

Enfin, si vous êtes victime de contrefaçon, signalez-le via notre Point de contact.

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles