Restez informé


Un quart de viticulteurs belges en plus en 2020

La viticulture belge a le vent en poupe

Malgré les conséquences des gelées tardives en mai 2020 et l’été caniculaire qui a réduit la teneur en jus des raisins, la production totale de vin belge en 2020 a néanmoins avoisiné le record de 2018. Autre point remarquable : la forte hausse (+ 25 %) du nombre de vignerons en 2020.

391817 juist%20formaat 75cf25 large 1622038530

D’année en année, le nombre de viticulteurs belges augmente. En 2020, nous avons enregistré pas moins de 198 vignerons, professionnels et amateurs confondus, contre 154 en 2019.

Les plus fortes progressions ont été constatées dans les provinces du Limbourg (37 vignerons contre 27 en 2019) et de Liège (21 vignerons contre 9 en 2019). La Flandre, avec 68 %, compte encore deux fois plus de vignerons que la Wallonie, mais cette dernière rattrape considérablement son retard. En 2019, 25 % des vignerons étaient wallons tandis qu'en 2020, ils étaient 32 %.

6e8495a3 502d 4f35 ad54 c750a0a67c78

Au total, pas moins de 587 hectares ont été utilisés pour la production de vin en Belgique. En moyenne, un viticulteur plante 3 hectares de vignes. Seuls 14 producteurs possèdent plus de 10 hectares de terres.

 2020 a été l'année du lancement pour notre entreprise. Avec la plantation de 8,5 ha en une seule fois, nous ne l'avons pas manqué ! La viticulture belge croît d'année en année tant en prestige qu'en qualité et la transition d'un artisanat vers une véritable industrie bat son plein. Qui aurait cru qu'avec l'ensemble des viticulteurs, nous dépasserions les 500 hectares ? Et ce n'est pas fini !

Dirk Syx – General manager de la maison Den Nachtegael
0a2033c9 ef76 4e6c 8601 1cef996b52c8

Wallonie : moins de vignerons, plus de production

Même si la Flandre compte un plus grand nombre de vignerons et d’hectares cultivés (326 hectares contre 260 en Wallonie), la Wallonie produit considérablement plus de litres de vin (surtout mousseux). Sur un total de 1.853.034 litres, 1.003.059 litres ont été produits en Wallonie, soit environ 10 % de plus qu’en Flandre.

169daf66 30b1 4d70 a4f5 9002b3a9785e

Ceci s’explique principalement par une plus grande production de vin mousseux dans la province du Hainaut. La production de vin mousseux est en effet plus rentable par hectare que celle de vin tranquille qui doit être limitée pour parvenir à une certaine qualité minimale du vin. Le Hainaut reste donc le plus grand producteur de vin en Belgique avec pas moins de 31 % de la production totale (568.936 litres de vin).

Hqdefault

Vous avez dit « vin mousseux » ?

La dénomination légale pour le vin à bulles est vin mousseux. Un autre synonyme est Sekt, principalement utilisé en Allemagne. Les noms les plus connus du vin mousseux sont le champagne, le prosecco et le cava. Il s’agit par ailleurs d’appellations d’origine protégées qui peuvent uniquement être utilisées dans des zones clairement délimitées et sous de strictes conditions. Si l’étiquette mentionne « crémant (France et Belgique) », cela signifie entre autres que le vin dispose d’une appellation d’origine protégée et que les raisins ont été cueillis à la main.

Comment obtient-on des vins mousseux ?

La méthode traditionnelle et la méthode Charmat sont les deux principales méthodes de fabrication. En Belgique, seule la méthode traditionnelle est aujourd'hui utilisée.

Elle commence par la composition d’un vin de base de bonne qualité. Ce vin est ensuite mis en bouteille et une solution sucre-levures, appelée liqueur de tirage, y est ajoutée. La bouteille est fermée par une capsule et une deuxième fermentation s’active. La solution sucre-levures se transforme alors en gaz carbonique (et ajoute encore un peu plus d’alcool) faisant apparaitre les bulles. La bouteille est ensuite conservée au moins 9 mois sur les lies. Après cette période, la bouteille passe progressivement d’une position horizontale à une position verticale, goulot vers le bas (phase de remuage). Toutes les lies (dépôts) du mélange sucre-levures se retrouvent ainsi dans le goulot. Ensuite, le col est gelé et la bouteille ouverte. La pression, qui s’est accumulée dans la bouteille, permet d’expulser d’une traite les lies gelées (phase de dégorgement). Le volume libéré est complété par une liqueur de dosage, qui contient ou non une certaine quantité de sucre. Enfin, la bouteille est refermée avec un bouchon spécial et mise en vente.

La méthode Charmat, inventée par le Français Eugène Charmat, est surtout employée lors de la production du fameux vin mousseux italien, le prosecco. Un mélange de sucre-levures est également ajouté au vin, mais contrairement à la méthode traditionnelle, qui utilise des bouteilles séparées, une grande quantité de vin est conservée dans une cuve jusqu’à la fin de la phase de fermentation. Ce procédé crée un autre type de bulles et donne ce goût fruité au prosecco.

Vin mousseux : le saviez-vous ?

  • La pression dans une bouteille de vin mousseux doit être de minimum 3 bars. Un vin mousseux de qualité est mis en bouteille à une pression minimale de 3,5 bars.
  • Une bouteille de vin mousseux doit obligatoirement être fermée par un bouchon champignon en liège ou tout autre matière admise qui doit être recouvert par un muselet, une « cage » métallique en fil de fer et une plaque, attaché à la bouteille. Les bouteilles ne peuvent donc pas être vendues avec une simple capsule.
  • Depuis peu, des expériences de vin mousseux à base de vin rouge sont également réalisées.

 

 

 

Informations de contact

Contact
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles