Restez informé


2020, année difficile pour le commerce

Le secteur du commerce en Belgique a connu, en 2020, un fort recul de son chiffre d’affaires. Ce recul s’explique essentiellement par la diminution des ventes dans le commerce de gros et dans le commerce automobile. Les investissements et le nombre d’emplois ont également connu une détérioration. C’est ce qu’il ressort de l’édition 2021 du Rapport sur la conjoncture économique dans la distribution, publié par le SPF Economie.

En 2020, le chiffre d’affaires des trois secteurs du commerce a reculé de 7 % pour s’établir à 568,3 milliards d’euros. Les trois secteurs du commerce sont le commerce automobile (G45 [1]), le commerce de gros (G46 [2]) et le commerce de détail (G47 [3]).

Ce recul est principalement dû à une diminution des ventes dans le commerce de gros (-7,4 %) et dans le commerce automobile (-12,7 %), le chiffre d’affaires du commerce de détail ayant quant à lui progressé de 1,4 % en 2020.

Le sous-secteur dominant dans le commerce de détail est le « commerce de détail en magasin non spécialisé » dans lequel se retrouve la grande distribution alimentaire. Le chiffre d’affaires de ce sous-secteur a continué de croître même pendant la crise.

Le commerce de détail de l’équipement de maison (et bricolage) et le commerce de détail via la vente à distance ont bénéficié des mesures de confinement tandis que certains secteurs ont, par contre, connu de sérieux revers. C’est le cas du secteur de l’habillement dont le chiffre d’affaires s’est replié de 25 %.

Forte diminution des équivalents temps plein

Malgré la grave crise sanitaire qu’a connue notre pays, le nombre de postes de travail du secteur du commerce pris dans son ensemble n’a reculé que de 0,5 % en 2020 par rapport à 2019, passant de 506.259 à 503.843 postes, en raison notamment des mesures de soutien mises en place par le gouvernement.

Le nombre d’emplois mesuré en équivalents temps plein (ETP), qui représente mieux les prestations effectuées, a quant à lui fortement chuté sur cette même période (-9 %). Cette détérioration de l’emploi en ETP s’observe dans les 3 secteurs pris séparément mais le recul est plus prononcé dans le commerce automobile (-12,9 %) que dans le dans le commerce de gros (-7,2 %) ou que dans le commerce de détail (-9,6 %). Au sein du commerce de détail, tous les sous-secteurs ont affiché un recul du nombre d’ETP sur cette période.

Recul marqué des investissements

Les investissements dans le commerce pris dans son ensemble ont reculé de 15,1 % en 2020 après avoir crû de 4,6 % en 2019, pour revenir à 3,8 milliards d’euros, soit le plus bas niveau des 5 dernières années.

Comparativement à 2019, les investissements dans le commerce automobile ont reculé de 27,5 % en 2020, de 9,4 % dans le commerce de gros et de 17,6 % dans le commerce de détail.

Recul mondial du PIB

Au-delà du secteur du commerce, c’est toute l’activité économique qui a souffert de la crise sanitaire.

En Belgique et dans le reste du monde, l’activité économique a évolué, en 2020, au rythme des mesures de confinement prises par de nombreux gouvernements afin de tenter de limiter la propagation du coronavirus.

Selon les derniers chiffres disponibles, mis à jour depuis la publication du rapport, l’économie mondiale s’est contractée de 3,4 % en 2020 et devrait connaitre un rebond de 5,7 % en 2021. En ce qui concerne notre pays, la Commission européenne estime que la Belgique a connu une contraction de son PIB de 5,7 % en 2020, avant que celui-ci ne se redresse quelque peu en affichant une croissance de 6,0 % en 2021.

L’Union européenne a connu un recul de son PIB assez similaire à celui de la Belgique en 2020 (-5,9 %) mais profiterait d’un rebond un peu moins important pour 2021 (+5,0 %).

[1] Commerce de gros et de détail et réparation de véhicules automobiles et de motocycles.

[2] Commerce de gros, à l’exception des véhicules automobiles et des motocycles.

[3] Commerce de détail, à l’exception des automobiles et des motocycles.

Informations de contact

Contact
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles