Restez informé

Publié 25 mai, 2020 communiqué de presse


Victime de chantage aux photos intimes ? Ne vous faites pas piéger !

Forte augmentation du nombre de signalements relatifs à la sextorsion pendant la crise du coronavirus

Vous avez reçu un e-mail vous faisant chanter sur la base de fausses photos intimes ? Ne tombez pas dans le piège, il s'agit d’une forme d'escroquerie très courante. Ces dernières semaines, le SPF Economie a constaté une hausse considérable du nombre de signalements.

355271 img newsroom sextortion a85512 large 1590412621

« J'ai piraté votre système d’exploitation et consulté les sites que vous visitez régulièrement, plus particulièrement les sites pour adultes. J'ai aussi utilisé la caméra de votre ordinateur pour vous filmer. Vous êtes un gros pervers ! Vous ne voudriez pas que je montre ces images à vos parents, amis ou collègues. »

Ce type de message est une escroquerie par « sextorsion ». La sextorsion est punissable : il s'agit à la fois de chantage et d'escroquerie, deux infractions graves. Les escrocs vous font croire par e-mail qu'ils vous ont pris en photo ou filmé pendant que vous regardiez des sites pour adultes. Si vous ne leur versez pas l’argent ou les bitcoins qu’ils réclament, ils menacent de diffuser les images.

 

Dans certains cas, ils affirment même qu'ils peuvent bloquer votre ordinateur et qu'il est inutile de changer de mot de passe. Ils vous font croire qu'ils vous espionnent en continu, mais, dans la plupart des cas, ils se sont simplement procuré vos données via une base de données publiques et n’ont absolument pas piraté votre ordinateur ou votre compte. Rassurez-vous : ils n’ont aucune image ou photo, ne cédez donc pas au chantage.

« J'ai été contactée sur Instagram par une personne qui voulait poursuivre notre conversation sur WhatsApp. Elle a ensuite demandé à me parler en vidéo. Elle a enregistré une brève vidéo de mon visage et a menacé ensuite de diffuser de fausses vidéos à caractère sexuel si je ne lui versais pas 2.700 euros. »

Ivo

Ces dernières semaines, le SPF Economie a reçu d'innombrables signalements d’extorsion, et principalement d’arnaques par sextorsion. Au mois d'avril, plus de 1.300 signalements ont été introduits auprès du Point de contact, soit une multiplication par sept du nombre de cas par rapport au mois précédent.

Que faire ?

  • Ne cédez pas face à la pression ou aux menaces. Si vous cédez une seule fois, les escrocs recommenceront plus facilement.
  • Ne cliquez en aucun cas sur un lien (suspect) et ne payez surtout pas ! Les messages peuvent varier légèrement, mais la méthode des escrocs reste identique.
  • Vérifiez quelles sont les informations dont ils disposent et modifiez-les. Par exemple, si le maitre chanteur a vos données Skype, supprimez votre compte Skype. Même chose pour votre adresse e-mail, votre compte Facebook, votre numéro de téléphone, etc. Si vous ne souhaitez pas supprimer votre compte, désactivez-le au moins pendant 2 semaines et modifiez votre mot de passe. Installez également un système antivirus et analysez votre ordinateur.
  • Vous avez perdu de l’argent ou êtes victime de chantage ? Introduisez une plainte auprès de la police locale. Ils peuvent ouvrir une enquête et rechercher l’escroc avant qu’il n’y ait d'autres victimes.
  • Signalez cette pratique auprès du Point de contact du SPF Economie (thème « Extorsion »).

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles