Restez informé


Dropshipping : des achats en ligne risqués

Des publicités sur les réseaux sociaux pour des vêtements branchés à prix cassés... de l'éclairage d’ambiance afin d’agrémenter les soirées d’hiver pour une bouchée de pain... Ces annonces alléchantes vous renvoient vers des boutiques en ligne inconnues ? Dans ce cas, redoublez de prudence... Il pourrait en effet s’agir de dropshipping, une technique de vente qui gagne en popularité mais qui n’est pas sans risque pour les acheteurs. Le SPF Economie invite donc à la vigilance lors des achats en ligne.

372642 ecommerce 2607114 1280.jpg a497ae large 1607616394

50 % de signalements en plus par rapport à l’an dernier

L’Inspection économique du SPF Economie a déjà reçu 14.404 signalements en 2020 concernant des problèmes avec des achats en ligne, soit une augmentation de 52 % par rapport à l’année passée. Une nouvelle tendance observée dans ce cadre concerne les pratiques commerciales déloyales et la fraude des boutiques en ligne pratiquant le « dropshipping ». Des promotions sur les médias sociaux vous appâtent et vous dirigent vers des boutiques en ligne inconnues proposant une multitude de bonnes affaires. Mais une fois la commande passée, vous réalisez que les articles sont expédiés par un fournisseur externe, généralement en provenance d'Asie. La livraison peut par ailleurs prendre des semaines, voire des mois.

3a2b5a80 49b7 41c2 85aa 1c2d670223b4

Le « dropshipping » implique que le vendeur ne possède pas de stock. En conséquence, les marchandises sont souvent en transit pendant des semaines ou des mois et ne répondent généralement pas aux attentes. Le produit n’apparait par exemple pas comme représenté sur les photos, il est de qualité inférieure, se dégrade rapidement ou s’avère même dangereux. Dans la plupart des cas, la commande peut être renvoyée... en Chine ou dans un autre pays lointain, à vos frais, souvent supérieurs à la valeur du produit commandép

Chantal De Pauw - porte-parole SPF Economie

Techniques de vente trompeuses

Le dropshipping n'est pas illégal en soi, mais certaines de ces boutiques en ligne ont des pratiques trompeuses ou ont été créées de manière frauduleuse. Quelques exemples :

 

  • La boutique en ligne ne mentionne pas la société responsable et ne fournit pas de coordonnées. Souvent, le site n'est même plus accessible peu de temps après l'achat et après une courte vague publicitaire sur les réseaux sociaux. Les consommateurs ne savent donc pas avec qui ils traitent, ni comment les contacter.
  • Le produit est présenté de manière mensongère, des remises trompeuses sont appliquées (par exemple avec un compte à rebours pour vous inciter à acheter rapidement) ou de fausses promotions sont affichées (1+1 gratuit, mais le consommateur ne reçoit qu’un seul article « parce qu'il n'a pas introduit le bon code de promotion »... qui était caché dans les conditions générales), les vendeurs rédigent leurs propres avis élogieux... 
  • Les offres vous induisent en erreur sur le délai de livraison et le service après-vente. Par exemple, la mention « expédié aujourd'hui » ne signifie pas toujours que le produit sera livré le lendemain (mais seulement qu'il sera expédié ce jour-là). Souvent, les marchandises proviennent d'un fournisseur en Asie, ce qui implique un long délai de livraison. C’est là aussi qu’elles doivent être renvoyées aux frais du consommateur qui exerce son droit de rétractation.

 

Et bien souvent, le vendeur ne contrôle pas suffisamment les produits du fournisseur externe. Il en résulte de nombreux cas de contrefaçons et des produits qui ne respectent pas les règles de sécurité européennes.

 

Comment reconnaître le dropshipping ?

Comme pour tout type de tromperie ou d'escroquerie, quelques indications devraient vous mettre la puce à l’oreille. Vous pouvez en outre prendre différentes mesures supplémentaires. En voici un aperçu :

 

  • La boutique en ligne ne mentionne aucune donnée d'identification ou de contact de l'entreprise. Vous ne pouvez les joindre que par le biais d'une adresse e-mail ou d'un formulaire de contact.
  • Vérifiez la réputation de la boutique dans un moteur de recherche. 
  • Les prix sont-ils réalistes ? Des prix anormalement bas pour des produits de marque peuvent présager une contrefaçon. Si une offre vous parait trop belle pour être vraie, c’est souvent qu’elle ne l’est pas. Méfiez-vous donc des réductions que vous ne trouverez nulle part ailleurs.
  • Le délai de livraison est-il réaliste ? Si l’article provient d'un pays lointain, il est impossible de le recevoir le jour même ou le lendemain.
  • Y a-t-il une adresse de retour en Belgique ou dans l'Union européenne ? Si cette information fait défaut et si vous devez renvoyer le produit (par envoi recommandé) dans un pays lointain, vous risquez de perdre beaucoup d'argent.
  • Protégez toujours vos données personnelles et ne communiquez jamais le code de votre carte bancaire.

 

Vous avez déjà été victime de ces pratiques de vente douteuses ou vous pensez qu'une boutique en ligne se livre à des pratiques trompeuses ou frauduleuses ? Signalez-le au Point de contact du SPF Economie. Vous avez payé par carte de crédit ? Contestez le paiement sur www.macarte.be.

Informations de contact

Contact(s) Presse
Adresse

Rue du Progrès 50,
1210 Bruxelles